La législation GPA en Russie

La Russie : un pays libéral en matière de GPA

Le recours à une mère porteuse est interdit dans de nombreux pays européens tels que l'Espagne et la France. Cependant, plusieurs pays en Europe de l'Est ont autorisé cette pratique, notamment la Russie, sous certaines conditions.  A l'origine, la GPA a été pensée par le gouvernement russe comme une solution face au recul de la natalité et un remède contre l'infertilité visant à augmenter le taux de natalité. En Russie, le recours à la gestation pour autrui progresse tous les ans en faveur d'une législation libérale. Les couples se rendent pourtant davantage en Ukraine bien que moins libérale, car le cadre juridique et géopolitique y est plus stable et moins sujet à modification ou interprétation.  En effet la législation russe est certes favorable et libérale mais elle comporte quelques lacunes et problématiques 

- la gestatrice peut finalement choisir de garder l’enfant, sans recours possible des parents d'intention

- A l'inverse, la mère porteuse n’est pas protégée dans les cas où les parents intentionnels ne veulent plus prendre en charge le nouveau-né, par exemple si celui-ci naît avec un handicap, ce qui représente une situation éthiquement douteuse.